DE - FR - IT

Woyzeck

Une production du Theater Basel dans le cadre du projet Trans Helvetia.
Dans l’histoire de Johann Christian Woyzeck, un perruquier de Leipzig qui a servi de modèle historique à sa pièce, Georg Büchner a trouvé matière à inspiration littéraire, philosophique et politique. L’affaire se passe le 21 juin 1821, dans le vestibule d’un immeuble de la Sandgasse à Leipzig : par jalousie, Johann Christian Woyzeck poignarde Christiane Woost, une veuve âgée de 46 ans. Lors du procès, le professeur de médecine Johann Christian August Clarus émettra deux avis d’expert confirmant la responsabilité pénale de l’accusé. Woyzeck sera condamné et son exécution publique aura lieu le 27 août 1824, sur la place du marché de Leipzig.

Dans son adaptation de la matière initiale, Büchner présente des épisodes de la vie du soldat Franz Woyzeck, qui s’efforce d’aider autant qu’il le peut son amie Marie et l’enfant illégitime qu’ils ont eu ensemble. Il va jusqu’à servir de cobaye à un médecin (pour un régime à base de petits pois…) et fait office de barbier et d’ordonnance pour le capitaine. Tous deux l’exploitent physiquement et psychiquement et l’humilient en public. Marie, quant à elle, a cédé aux avances d’un tambour-major. Les soupçons naissants de Woyzeck sont attisés par un entourage peu amical à son égard, jusqu’à ce qu’il surprenne Marie à l’auberge, dansant dans les bras de son rival. Il entend alors des « voix » qui lui ordonnent de tuer Marie. Il finit par se procurer un couteau, répartit ses biens (scène du testament) et poignarde Marie, que pourtant il aimait encore. Après le meurtre, il essaie de se mêler à nouveau à la société et se rend dans une auberge. Mais on y remarque sa chemise tachée de sang et Woyzeck s’enfuit. Il semble probable qu’il ne tardera pas à être arrêté, mais une scène dans laquelle il essaie de laver les tâches de sang dans un étang suggère une autre issue : il pourrait aussi se jeter dans l’étang pour s’y noyer.

A ce jour, il n’a pas été possible de reconstituer avec certitude la séquence des scènes que Büchner entendait finalement retenir. Il n’empêche qu’à sa publication en 1879, soit près de quarante ans après la mort de l’auteur, Woyzeck marqua un tournant dans l’histoire de la littérature et du théâtre allemands : pour la première fois, c’est le destin d’un déclassé qui fait l’objet d’une pièce de théâtre. Le contexte social dans lequel les personnages sont empêtrés rend toute rébellion peu crédible. La structure de la pièce – des scènes courtes, des personnages vivement éclairés en quelques phrases – rappelle certes encore le théâtre du Sturm und Drang ; mais par sa logique implacable, elle annonce aussi le développement du « drame ouvert » et jette ainsi un pont vers le début du XXe siècle.