DE - FR - IT

Les Caprices de Marianne

Trois sales gamins de la jeunesse dorée napolitaine, qui avec brutalité et à propos nous dépeignent les difficultés d’aimer au travers des peurs d’une jeune femme.

Cœlio est fou amoureux de Marianne, la jeune épouse du juge Claudio, mais n’ose pas l’aborder. Octave, un ami à lui, va se charger de faire l’entremetteur. On va alors assister à deux actes de combat d’idées, de confrontations verbales enflammées ou l’intransigeance des personnages crisse sous la plume de Musset.

Cinq âpres discussions prises au vol sur un trottoir, dans l’abribus de la ligne qui mène à l’église, devant le portail de la propriété du mari jaloux.

Mais pourquoi Cœlio est-il amoureux de Marianne ? Et pourquoi s’est-elle mariée si jeune? De quoi a-t’elle tant peur ? De vivre sa Vie? Comme Camille voudrait-elle aussi aimer mais ne pas souffrir ? Pourquoi un tel dévouement de la part d’Octave le désenchanté? Pourquoi Marianne va tomber et Cœlio mourir et Octave pleurer?

Pour moi, les Comédies et Proverbes de Musset sont de formidables…scénarios de cinéma.

Le caractère elliptique de leur structure renforce cet effet de montage, la dramaturgie reposant sur les ruptures de pensées entre les séquences: la pièce semble travailler toute seule, chaque scène parait libre et autonome, ce qui laisse la place au spectateur de se construire son propre spectacle.

Méfions-nous des a priori pseudo romantique au sujet de Musset. Il n’y a pas de galanterie ! Un gars aborde une fille dans la rue en la sifflant ! Comment peut-elle réagir ?

Dans le cadre du projet Transhelvetia, avec une bande de jeunes acteurs fraîchement diplômés, nous tenterons de faire raisonner la virulence de la langue du poète et toute l’actualité de son propos.

Jean Liermier